Séminaire du mardi 19 février 2019


Education du patient et l'éthique dans tout ça ?

Stéphanie Richard, Infirmière Coordinatrice Empowerment - Education du Patient

La mode est à la formation du patient et à son « empowerment ».
Cela donne de bien beaux projets qui visent à offrir au patient les moyens de gérer ses soins.
L'expérience et les études ont montré que, dans l’ensemble, les patients s'en portaient mieux.

Mais, cela ne pose-il pas quelques questions éthiques ?

En ces temps de pénuries, ne risque-t-on pas de se décharger des soins sur les patients ?
Quelles infrastructures doit-on garder pour les patients incapables de se gérer eux même ?
D'ailleurs, que signifie « patients incapables de se gérer eux-mêmes »?

Stéphanie Richard vous propose de réfléchir ensemble sur ces sujets

L’hôpital, la cité, le temps.

Daniel Desmedt

Je vais vous parler du temps qui passe, au risque de prendre trop de temps, de paraître trop long, ou ennuyeux parfois.

Séminaire du mardi 19 juin 2018


Le service laïque d'aide aux victimes 

Leïla Salim et Benoît De Meyer, psychologues

Un des effets des attentats de 2016 est d'avoir fait connaitre le syndrome post-traumatique au grand public. Nous avons beaucoup plus de patients qui consultent avec des demandes de ce type. Nous avons eu envie d'investiguer les ressources dans ce domaine.

Nous recevrons le Service laïque d’aide aux victimes qui viendra nous parler de son travail.

Service laïque d’aide aux victimes défini ainsi son objectif : permettre aux victimes de reprendre le cours de leur vie malgré et avec l’événement qui est venu y faire irruption.

Ils offrent des aides individuelles, familiales ou de groupes. Ils envisagent les questions en tenant compte aussi bien de l’impact psychologique de l’agression que de ses répercussions sociales et judiciaires.

Séminaire du 18 avril 2018


Hommes et femmes

Edith Heard, généticienne, Yves Coppens paléontologue, Pierre-Henri Gouyon, biologiste et évolutionniste.



les études de genre sont à la mode, elles nous font mieux comprendre la part du social dans l'identité sexuée, mais peut-ont réduire la différence de sexe à celle de genre ?
Que peuvent nous apprendre, à ce propos, les disciplines qui travaillent dans le très long temps comme la paléontologie, la génétique et l'évolutionnisme ?

Quelques surprises que je vous invite à venir découvrir.

Anne-Marie Hassoun

Séminaire du mardi 20 mars 2018


Invitation à réfléchir sur le processus de radicalisation 

Jaques Sebban, psychiatre

Isabelle Seret (soclogue) s'est demandée pourquoi des jeunes se radicalisaient. Y avait-t il à leurs yeux une bonne raison, une raison positive de le faire.

Avec Natacha David (journaliste) et David Lallemand (conseiller en communication et chargé des projets auprès du Délégué général aux droits de l’enfant), elle a initié le projet « Rien à faire, rien à perdre »,

Ils ont rencontrés des jeunes concernés et leur ont proposé un travail sur leur histoire avec la technique des récits de vie.Certains ont accepté, bien souvent contre l’avis de leurs familles, psychologue ou avocat, de participer à cette expérience. Avec chaque jeune, ils ont crées des vidéos de témoignages.

Jaques Sebban nous proposera de réfléchir autour de ces documents.

Séminaire du mardi 19 septembre 2017


Le patient, sa maladie, son savoir 

Par Michèle Transon, infirmière expert. en diabétologie, avec la collaboration de Julie Vercalsteren, diététicienne

Le diabète est une de ces maladies chroniques qui demandent au patient une importante adaptation de son alimentation, mais aussi de son mode de vie. Il touche à l’image de soi et son traitement exige un ancrage continu dans la réalité.

Le diabétique débutant est confronté à une masse d’information à connaître. Il doit ensuite découvrir les caractéristiques spécifiques de son diabète et sa manière personnelle de le gérer.

Pour une personne bien structurée, bien adaptée et qui dispose de ressources intellectuelles et matérielles suffisantes, c’est un apprentissage difficile. Pour une personne qui a des failles narcissiques importantes ou dont l’ancrage à la réalité est défaillant, l’apprentissage et l’effort de maintenir le traitement peuvent paraître quasiment insurmontables.

Une brochure explicative ne suffira pas.

Michèle Transon et Julie Vercalsteren présenteront un outil original de coéducation, le « Conversations Maps® » . Loin du cours ex cathedra, les informations relatives à sa maladie ne seront pas fournies par un professionnel. Le patient élaborera les informations indispensables à la gestion de leur maladie grâce aux échanges auprès de ses paires.

L’animateur (médecin, infirmier, diététicien, psychologue, etc.) utilisera la méthode de Socrate ! ; il restera la « source du savoir silencieuse »

Nous vous invitons à partager cette expérience !

Séminaire du mardi 20 juin 2017


Le touriste, l'autre et l'ailleurs 

Par Jean Didier Urbain.sociologue

Nous parlerons du touriste à travers ses imaginaires, ses demandes, ses modèles, ses paradoxes et ses tendances récentes. Le tourisme est un symptôme de société et le touriste son expression sensible. A l'heure de la mondialisation, de l'internationalisation et du cosmopolitisme, en lui se récapitulent les rapports mutants à l'existence : à l'ailleurs et au chez-soi ; à l'autre et au monde ; aux siens et aussi à soi – avec leurs conséquences...

Vous pouvez revoir cette conférence ici

Séminaire du mardi 18 avril


 Les aspects psycho sociaux dans les catastrophes

Par Daniel Vanden Bossche, Psychosocial Manager Bruxelles-Capitale

Lors des catastrophes, nous l'avons malheureusement expérimentés, les besoins sont nombreux y compris dans le domaine psychosocial. Accueillir les victimes, les personnes traumatisées, les familles. rester disponible dans l'après-coup. Nous l'avons fait et le faisons encore aujourd'hui, mais nous aurions besoin de ressources complémentaires.

La Belgique a crée pour cela un outil : le plan d'intervention psychosocial ou PIPS dont la spécificité est de s'occuper des personnes qui ne relève pas de urgence médicale durant les crises. Daniel Vanden Bossche viendra nous en parler.

Séminaire du mardi 21 mars 2017


Sur le divan des guérisseurs 

Par EVRARD Renaud, AMIOTTE-SUCHET Laurent, KESSLER-BILTHAUER Déborah

l'existence des psy n'a pas fait disparaître les sorciers et ni les exorcistes.
Pourquoi ? A quelles fonctions répondent-ils que nous ne remplissons pas ?

Des chercheurs, anthropologues, sociologues et cliniciens se sont penchés sur le sujet.

Nous entendrons deux d'entre eux. L'un nous parlera des prêtres exorcistes (Avocat du diable et nouveau thérapeute ou comment le prêtre exorciste élabore sa légitimité ), l'autre de la pratique de la sorcellerie en Lorraine aujourd'hui >La santé mentale victime de la sorcellerie dans la Lorraine du XXIE siècle).

Liens :

Après le 22 mars 2016 à Bruxelles

Par Anne-Marie Hassoun, psychologue

Le 22 mars 2016, la Région de Bruxelles-Capitale et la province du Brabant flamand, en Belgique ont subi une série de trois attentats-suicide à la bombe : deux à l’aéroport de Bruxelles à Zaventem

Pages

Subscribe to RSS - Sciences humaines