Psychologie

Séminaire du mardi 17 mai 2016


 Les entretiens d'aide

PAr Emmanuelle Zech, Docteur en psychologie, psychologue

Emmanuelle Zech s’est demandé comment être (plus) efficace auprès des patients.

Elle a étudié les méthodes habituellement utilisées pour évaluer l’efficacité des thérapies et leur biais. Elle a fait ses propres recherches et s'est rendue compte que l'aspect personnel est sous estimé dans les recherches.

Elle nous proposera un modèle en quatre axes d’action que le thérapeute peut mettre en place pour favoriser son efficacité.

Séminaire du mardi 19 janvier 2016


Le modèle trigénérationnel de Maurizio Andolfi


 
 
Par Isabelle Favry, psychologue

Andolfi.jpg

La thérapie familiale n’est apparue en Italie que dans les années 1967-1968. Maurizio Andolfi, membre de l’école de Rome, est un des psychiatres qui a participé à ce mouvement.

Le modèle d’Andolfi est un modèle trigénérationnel. Il prend en compte non seulement l’histoire personnelle du patient, mais aussi celle des parents et celles des relations qu’ils ont entre eux, ainsi qu’avec leurs familles d’origine respectives.

Les difficultés de l’enfant étant toujours des difficultés de la famille dans son ensemble, il va inviter l’enfant à être son cothérapeute dans le processus familial. À travers ce processus, Maurizio Andolfi invite les membres de la famille à utiliser leurs compétences et à reprendre le contrôle de leurs propres vies.

« la thérapie familiale est la meilleure des thérapies individuelles »


Le séminaire, animé par Isabelle Favry, se déroulera autour de séances filmées de thérapie familiale.

Séminaire du mardi 20 octobre 2015


la mère du petit poucet

Qui sont les mères infanticides?
Peut-on donner un sens à leurs actes ?
Comment penser ce qui, aujourd'hui, nous parait inimaginable ?

Vous pourrez suivre excellente conférence du Pr Jean-Luc VIAUX sur canalU

Séminaire du mardi 15 septembre 2015


La nef des fous

Long métrage Documentaire -
Ecrit et réalisé par Eric D'Agostino & Patrick Lemy (2015)

Néon rouge production
Participation volontaire

La nef des fous, c’est le surnom de l’annexe psychiatrique de la prison de Forest. Là sont internés des hommes qui ont été jugés irresponsables. Un internement sans fin prévu pour des actes délinquants parfois bénins.

C’est aussi un reportage qui nous plonge au cœur de ce monde presque inhumain et nous fait entendre les espoirs de ces hommes.



Séminaire du mardi 19 mai 2015


La coccinelle - cancer et parentalité.

Marie Léchevin, Céline Boinet, psychologues aux hôpitaux Iris Sud

thumb_ladybug-coccinelle-240x180.jpg

Venez découvrir la "coccinelle" au prochain séminaire !

Kézako ?

La coccinelle est une bibliothèque mobile pour aider à parler de la maladie en famille. Elle se compose de plusieurs livres pour enfant dont un parent est touché par le cancer.

Elle est un l’aboutissement d’un projet sur le cancer et la parentalité..

Deux psychologues, Céline Boinet et Marie Léchevin, vous parleront de la naissance de ce projet à partir de la clinique, et vous présenteront les livres de la coccinelle. Ce sera l’occasion d’évoquer ensemble le soutien à la parentalité (et la grand-parentalité !) dans le cadre de nos prises en charge à l’hôpital. Mais aussi de discuter autour des questionnements des enfants et des parents touchés par la maladie grave.

Faut-il parler aux enfants de la maladie ? Comment leur parler ? Faut-il tout dire ? Les enfants réagissent-ils différemment selon leur âge ? Pourquoi le sujet « famille » semble-t-il toujours aussi tabou ?

En avant-première, nous vous présenterons la brochure et le poster qui accompagne le projet. Ces communications visuelles sont le fruit d’une longue élaboration, puisqu’ils sont destinés à informer les patients sur le sujet, mais aussi à sensibiliser public et professionnels sur le psychisme à l’épreuve de la maladie.

Séminaire du mardi 16 décembre

J'ai mal à mon institution....

Isabelle favry, Psychologue




Nous travaillons dans le secteur de l'aide aux personnes. Nous avons été formés à travailler avec des patients ou des utilisateurs. On nous a parlé d'enfants et d'adolescents, d'adultes et de vieillards, de femmes et d'hommes.

Mais on ne nous a presque jamais parlé des collègues, et pourtant.

Il nous arrive de vivre de grandes tensions au sein de nos équipes, parfois elles durent, d'autres fois elles transforment en disqualifications : ceci représente une violence symbolique importante et génère des souffrances toutes aussi importantes chez les soignants.

Pour

quoi cela se passe ainsi ? Ne sommes nous pas sensés être des adultes « responsables » ? Comment cela se fait-il, alors que nous sommes des intervenants rompus aux phénomènes de violence ?

Je me propose de vous présenter le modèle de Didier Robin (psychanalyste et systémicien, superviseur d'équipe) qui part du constat que réunir des intervenants autour d'un mandat ne suffit pas. Il faut un vrai collectif de travail. D.Robin nous propose alors un modèle de travail institutionnel qui s'appuie sur les désaccords entre collègues et les conflits, comme points d'appui, pour penser les problématiques des patients : transformer la souffrance en un vrai travail collectif et créateur autant pour les intervenants que pour les patients.

« l’avis psy » dans la chirurgie bariatrique

Anne-Marie Hassoun, psychologue

Le mardi 18 juin 2013, Isabelle Favry et Anne-Marie Hassoun ont proposé une conférence sur le thème « Psychisme et chirurgie bariatrique ». Dans cet article, Anne-Marie Hassoun évoque un des thèmes de cette conférence.

Ma rencontre avec la chirurgie bariatrique

Je travaille comme psychologue de liaison dans un hôpital général. Je vais voir des patients à la demande. Soit parce qu’ils se sentent mal subissent de longs séjours ou des annonces pénibles. C’est ainsi que j’ai découvert la chirurgie bariatrique.

Séminaire du mardi 21 janvier 2014


De la passion à la passion du jeu

Serge Minet était Thérapeute clinicien et fondateur de la Clinique du jeu pathologique de l'hôpital Brugmann (ULB). Il est l'auteur de « Ne dites pas à mon fils que je joue – Une logique de la dépendance. » Editions Racine.

Aussi comédien, il a créé un modèle thérapeutique qui utilise les arts de la scène et du théâtre.

Une maladie de la modernité

Passion des jeux de hasard et d’argent, passion des jeux de rôles sur Internet, passion de la fièvre acheteuse, passion de la passion. La démesure de ces passions, qui sont aussi des passions avec l’extrême, nous raconte des histoires exceptionnelles qui arrivent à des gens ordinaires.

L’accompagnement psychologique les aide à lutter contre la toute-puissance de leur passion. Mais comment transmettre, au terme d’une longue pratique clinique, le colloque singulier qui se tient avec ces hommes et ces femmes fatigués par leur passion ?

Transmettre, c'est prendre le risque de dévoiler le lien particulier qui se tisse entre le thérapeute et le patient, dans l’antre des secrets. Si la thérapie est un chemin initiatique pour le patient, c’est une école d’ouverture d’esprit, d’humilité et de persévérance pour le thérapeute.


2013 - Bonne année 2.jpg


_____________________
Photo de Liliane Roubaudi sous licence CC

Penser (avec) les morts, panser le lien

Laura Perichon

Pistes ethnopsychologiques pour une lecture des relations que les endeuillés entretiennent aujourd'hui avec un proche décédé.

Résumé de l'intervention de laura Perichon du 17 septembre 2013

Aujourd'hui, en Belgique, nos conceptions sur le deuil et sur les relations que les vivants et les morts entretiennent suite à un décès sont imprégnées de deux grands héritages philosophiques(1). Le premier, nommé ici le paradigme matérialiste, est celui dans lequel s'inscrit la psychologie académique traditionnelle contemporaine et considère que le mort n'existe pas en tant qu'entité autonome douée d'agentivité. Dans ce paradigme le deuil est pensé comme un processus intrapsychique qui concerne l'endeuillé seulement, et les relations éventuelles vécues avec le mort sont interprétées comme un artefact de la pensée créé pour les besoins économiques de la psyché. Or il existe aujourd'hui chez nous une deuxième position ontologique concernant les morts, représentée par le paradigme supernaturaliste. Dans cette conception, les morts existent en tant qu'entités autonomes avec lesquelles une relation est possible. Ce paradigme bien qu'absent du champ d'étude des sciences actuelles de la nature, est très représenté parmi la population belge (un peu plus de 70 % des Belges francophones pensent qu'il y a quelque chose après la mort(2).

Séminaire du mardi 17 septembre 2013

Penser (avec) les morts, panser les liens.

Laura Perichon, psychologue

Penser (avec) les morts, panser les liens.



Laura Perichon a exploré les relations que les endeuillés entretiennent aujourd'hui avec un proche décédé.

Les personnes rencontrées témoignent d'une grande diversité de relations avec leurs morts. Une lecture ethnopsychologique de leurs récits permet de mettre en évidence les grandes lignes culturelles et les inventions personnelles qui sous-tendent ces interactions dans le cadre d'un deuil.

On peut alors voir apparaître des êtres qui font agir les vivants et pour lesquels ceux-ci posent des actes précis afin de les transformer en de « bons morts » faute de quoi morts et vivants risquent de se retenir mutuellement dans un non-devenir, réduisant les possibilités de chacun.

Pages

Subscribe to RSS - Psychologie