Philosophie

Séminaire du mardi 18 décembre 2012

Le culte du corps dans la société contemporaine

Animé par Daniel Desmedt, psychiatre, chef de service

Le 5 décembre 2000, Georges VIGARELLO a présenté une conférence sur "Le culte du corps dans la société contemporaine".

Le corps a pris une place nouvelle dans la société d'aujourd'hui. Non, bien sûr, qu'il soit " découvert " ou " redécouvert " : les soins de santé, d'apparence ou de beauté ont depuis longtemps, sinon depuis toujours, existé. Le corps en revanche est devenu plus important dans nos repères quotidiens, nos pratiques, nos représentations, souligné par l'investissement qu'une société plus individualiste et consommatoire autorise sur la personne et sa dimension physique, rendu plus présent par l'attention nouvelle que cette même société accorde au plaisir. Il est d'ailleurs, comme jamais, l'objet d'explorations en tous sens, espace physique " illimité " qui semble avoir pris le relais d'autres illimités aujourd'hui plus discrets . La vieille expérience de la transcendance semble s'être rabattue sur l'expérience de la sensation, cet espace intime totalement retravaillé, indéfiniment réinterrogé dont la présence a grandi avec l'affaissement des " au-delà " et des futurs idéalisés

Séminaire du mardi 20 novembre 2012

La pensée corps à corps

Stéphane Godefroid, Professeur de philosophie.

Changements de sexe, modifications du corps par la chirurgie, rêves de cyborg, le corps semble moins stable qu'il le fut. Il semblait être l’incarnation de l'identité, il pourrait devenir un objet modifiable. Comment se donner une éthique du corps en évolution ? Comment l’entendre ? Comment même le penser ? J'ai demandé à Stéphane Godefroid, philosophe, de nous parler de la pensée du corps.

Qu’il s’agisse de la vie quotidienne occidentale ou des différentes disciplines de la recherche scientifique, le corps occupe désormais une place prépondérante. Pourtant la pensée du corps semble rencontrer les plus grandes difficultés pour aborder le corps en tant que tel et non son histoire, son image, ses représentations, ses usages.

Mettant en évidence des principales difficultés qui se sont imposées à l’homme pour penser le corps, l’intervenant s’efforcera de comprendre pourquoi fondamentalement, le corps demeure à ce point fermé à la pensée et développera quelques-unes des conséquences de cette fermeture.

Séminaire du mardi 21 décembre 2010 (reporté au 18 janvier)

Petite histoire des représentations du corps moderne.
De la mutilation à l’intégrité physique

Nathalie Grandjean,
Doctorante en Philosophie (FUNDP/ULB),
Chercheuse au CRIDS (Centre de Recherche en Information, Droit et Société),
FUNDP.

Je présenterai, dans un premier temps, une vision anthropologique des conceptions du corps dans la modernité occidentale. Je m’inspirerai notamment des travaux de David Le Breton et de Bernard Andrieu, qui ont décrit l’histoire des représentations du corps en Occident.

Dans un deuxième temps, je m’intéresserai aux transformations opérées sur les corps, transformations qui vont des mutilations, vécues sous un mode offensif, aux augmentations corporelles, comme les implants ou la chirurgie esthétique.

Je relierai ces pratiques à l’histoire occidentale des représentations des corps, en dégageant la notion polysémique et controversée d’intégrité physique. Cette notion permettra de comprendre les enjeux éthiques, juridiques et sociopolitiques soulevés par les transformations (bio)technologiques des corps dans notre modernité.

Subscribe to RSS - Philosophie